Mes lapins vivent en liberté

Élever des lapins en liberté est devenu banal pour moi. Cependant, nombreux sont ceux qui ne connaissent pas cette pratique et à chaque fois que je dis que les miens se baladent librement dans mon appartement en mon absence, j’ai le droit à des regards choqués. Cela faisait longtemps que je voulais en parler sur mon blog et c’est enfin l’occasion avec cet article !

À la découverte du lagomorphe*

Voilà plusieurs années que j’ai décidé de placer ma confiance envers les lagomorphes. Epsilon est mon deuxième lapin, acheté auprès d’un éleveur en 2013.  Boule de poils apeurée et déjà trop « âgée » pour être vendu dans la catégorie « bébé lapin », je l’ai eu en réduction (-10€ pour ses 8 mois et ses 750 grammes). Dans la foulée, j’ai investi dans une cage de plus d’un mètre de longueur pour que cette boule nerveuse ait de la place lorsque celle-ci serait fermée. J’avais entendu parler de « l’élevage en liberté » en naviguant sur des sites spécialisés : la dure vie du lapin urbain et cet article m’a poussée à me lancer à l’eau :

Personne n’imaginerait mettre son chat en cage, ne serait-ce que pendant la nuit ; on ne met pas son chien en enclos au milieu du salon ; pourquoi donc le lapin ? En fait, cela vient principalement d’une méconnaissance complète de l’animal lui-même. Le lapin est encore souvent qualifié de « rongeur » , ce qu’il n’est pas mais qui véhicule l’image d’une boule de poils programmée par Dame Nature pour détruire tous les meubles de l’appartement. Source : La dure du lapin urbain.

Des règles pour chacun
Epsilon vit en liberté depuis sa première année mais cela a demandé une préparation particulière. Il a fallu organiser l’appartement : installer un bac à litière pour chat avec granulés de bois, réorganiser les fils électriques de tout l’appartement (hors de sa portée), mettre à disposition du bois, du carton, des jouets pour se défouler, etc.

Epsilon a trouvé le pot de thym.

Tout cela s’est accompagné d’une éducation pour adapter son comportement pour les pièces de vies : interdiction d’aller sous les meubles, sur le canapé, dans les toilettes (risque de chute dans la cuvette). Les lapins sont très intelligents et comprennent ce que l’on attend d’eux à condition d’être clair. Si Epsilon a été long à apprendre la propreté (plus tout à fait propre aujourd’hui), Mune ma lapine a tout de suite compris ce que j’attendais d’elle. Jamais je n’ai trouvé de saletés hors de son bac mais je dois rester vigilante quand elle s’approche des chaises en pailles.

Un lapin bien dans ses pattes
Dès que sa cage a été supprimée, j’ai pu observer une importante transformation d’Epsilon. La boule de poils apeurée que j’avais réceptionné cinq mois auparavant s’est avérée être d’une curiosité insatiable. Fini l’isolation, le retour dare dare dans sa cage au moindre bruit, l’interaction minimale. Mon lapin orientait sa journée en fonction de la mienne, jouait dès qu’on s’intéressait à lui quitte à me voler mes affaires avec ses dents devant mes yeux pour que je lui courre après.

Epsilon qui a pourtant interdiction de monter sur mon lit vient me voler des crayons…pour jouer avec moi.

Sans oublier les câlins. Epsilon n’aime pas être sur les genoux mais quand une main ou un pied traîne par terre, il s’allonge à côté pour en profiter ou le taquiner du bout du museau. Quand Epsilon réclame des câlins, il s’exprime de façon très claire. Mune de son côté est devenue une parfaite globetrotteuse : toujours dans mes pattes, allant jusqu’à pousser la porte des toilettes quand je réclame une miette d’intimité. Et ne pensez pas qu’un escalier puisse l’arrêter, elle a appris seule à outrepasser l’espace.

Level up ! #rabbit #rabbits #rabbitlove #animallovers #lapin

Une publication partagée par Arcoon (@blogarcoon) le


Pour donner une idée du comportement d’un lapin pleinement épanoui, je comparerais ce dernier à un mélange entre le comportement d’un chat et d’un chien avec le petit plus propre au lapin.

Pourquoi adopter un deuxième lapin ?
Je suis réellement entrée dans la vie active en 2016. En raison de mon emploi et de la diminution de ma présence dans mon appart, Epsilon a été plus souvent seul chez moi. Je l’ai vu devenir plus amorphe qu’il ne l’était. Adopter un deuxième lapin me trottait dans l’esprit depuis déjà une bonne année mais il m’a fallu un an de plus pour le faire. J’ai adopté Mune en août 2017, chez un propriétaire qui s’en séparait en raison de l’allergie sévère d’un de ses jeunes enfants. La lapine âgée de plus d’un an était en bonne santé, élevée en semi-liberté avec une cage plus que raisonnable et des aliments de qualités. Je suis repartie avec elle le soir même.

Photo lapin
Seule Mune a le droit de monter sur le canapé. Epsilon ne peut s’empêcher de pisser sur tous les supports mous.

Un mois plus tard, après un temps d’adaptation avec moi et une stérilisation (Epsilon est aussi stérilisé), les deux joyeux lurons ont fait connaissance. Il y a un processus très strict à respecter pour la cohabitation entre lapins mais les miens en ont eu cure. J’ai eu (l’effrayante) surprise de les découvrir ensemble en rentrant du travail ; Mune ayant défoncé les barrières de séparation. Aucun bobo à déplorer, heureusement.

Deux lapins en liberté
Aujourd’hui, Mune et Epsilon vivent ensemble en liberté chez moi sans jamais s’être battus. Le comportement d’Epsilon a évolué dès l’arrivée de Mune : inséparables, câlins, farceurs… les deux lapins sont tout bonnement heureux d’avoir un compagnon qui parle leur langue. Mune, distante de base avec Epsilon, passe maintenant beaucoup de temps collée à lui même si parfois, elle préfère la compagnie des humains.

Je peux m’absenter sans crainte la journée car le petit couple éduqué a conscience des règles de la maison et les respecte. Il m’arrive encore de trouver des bêtises à mes retours (tapis et feuilles volantes grignotés) mais cela reste rare car ils ont le nécessaire à leur disposition (bois, cartons, jouets). N’oublions pas que les lapins ont leur propre caractère et leurs besoins naturels. Tout comme le chat ferait ses griffes dans le canapé en l’absence de griffoir ou le chien détruirait des objets, le lapin peut casser certaines choses. Il suffit simplement de savoir comment éviter qu’ils ne s’attaquent à votre meuble en merisier.

Photo lapin
Mune et Epsilon ensemble.

Notes :
* Les lagomorphes composent un ordre de mammifères rassemblant les léporidés (lièvres, lapins et pikas). Source : Wikipedia

 

Mots clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *